Un grain de sable dans le décor

Roman familial

Un grain de sable dans le décor

La vie de famille des Maisonneuve s'écoule paisiblement, parsemée de petits soucis quotidiens, jusqu'à ce que le père reçoive soudainement une maison en héritage.Les Maisonneuve sont une famille comme tant d’autres : Gilles et Sophie travaillent et les enfants vont au collège. Le quotidien du père est pimenté par la présence de Max, l’employé dans sa serre de vente, un être naïf et imprévisible. La vie scolaire se déroule au rythme des mauvais coups de Rémy Guibosse, la terreur des sixièmes, et des ingérences de son géniteur, un homme bourru et jaloux. Les soucis des uns et des autres se gèrent paisiblement, souvent autour du repas du soir. Jusqu’à l’arrivée de cette lettre qui informe Gilles qu’il hérite la maison d’une grand-tante dont il n’a jamais entendu parler. Et voilà que chacun s’envole dans des divagations les plus extravagantes, et de petites dissensions se créent au sein de la famille. Pourquoi s’encombrer d’une masure alors que l’on a déjà une maison ? Et pourquoi ne pas refuser carrément cet héritage qui s’apparente d’ores et déjà à un cadeau empoisonné ?Une histoire vivifiante, distillant d’innombrables surprises jusqu’à cet étonnant secret dévoilé dans les dernières lignes, avec des personnages tels que l’on peut les rencontrer, les aimer ou les détester.Cet héritage s'avérera-t-il être un cadeau empoisonné ? Suivez de surprise en surprise cette famille attachante dans un roman vivifiant et étonnant, jusqu'à sa révélation finale...EXTRAIT— Au fait, Papa, tu en es où avec l’espion ? Tu as mené ton enquête ? — Je me suis renseigné à la mairie d’Olme. Et comme je le pressentais, ils n’ont envoyé personne, et aucun de leurs gars ne correspond au signalement que je leur ai donné. Ils ont un petit producteur du coin qui les fournit et ils n’ont aucune intention d’en changer…— C’est donc bien le Guibosse qui est là-dessous ! — Je n’ai, hélas, aucune preuve, mais mon flair – si j’ose utiliser ce terme – me souffle que tu n’as pas tort ! Si Gilles avait marqué une pause et émis un sourire résigné en mentionnant son sens de l’odorat, sa femme et ses enfants en avaient parfaitement compris la raison. En effet, il ne discernait aucune odeur, sauf celles vraiment fortes, du genre ammoniac ou émanations d’égouts. Pas les plus agréables, et un comble pour un horticulteur ! On lui avait certifié que le muguet et les roses sentaient bon ; il avait toujours dû croire ces affirmations sur parole. Mais il pensait qu’il ne fallait pas s’apitoyer sur son sort : il était né ainsi et il n’en souffrait pas outre mesure. Il disait aussi qu’il y avait certainement beaucoup plus grave et plus handicapant dans la vie qu’un odorat inexistant. Il songeait avec compassion et tendresse à son père, qui, né avec une vue plus que médiocre, était quasiment aveugle à soixante-neuf ans. Il y avait aussi son grand-père. Lui, avait souffert toute son existence d’agueusie complète. Il pouvait manger tout et n’importe quoi, sans en distinguer le goût. « Pratique, lorsque le contenu de votre assiette est insipide, mauvais ou encore immangeable », tentait-on de le consoler. Mais si la famille Maisonneuve paraissait avoir un sérieux problème avec les sens, les enfants de Gilles – et surtout Mathieu puisque ces handicaps ne semblaient atteindre que les garçons – avaient été épargnés.À PROPOS DE L'AUTEURLe jardinage et la botanique ont toujours passionné Claire Minne-Beauvoir. Elle en a fait d'abord ses études, puis son métier. Elle a commencé à écrire grâce à ses nombreuses promenades en forêt. Les pierres l'ont inspirée, au point d'en faire un roman, Le Hameau des Roches (Éditions du Mot Passant, 2014). Puis a suivi Le Retour du bel Alexis (2016). Elle vit dans la banlieue lyonnaise, à Craponne, entourée de son jardin, de son mari horticulteur et de ses quatre enfants. Ce nouveau roman est un vrai clin d'oeil à sa passion et à sa famille.