L’Héritage Van der Meer

Une enquête pleine de suspense est menée par le major et sa brigade dans le marais Poitevin au sujet de l'homicide du jeune Tristan, tandis que des cambrioleurs en série rôdent toujours...Dans le Marais Poitevin, le major de gendarmerie André Callemin et sa brigade enquêtent sur l’homicide du jeune Tristan Sauzillon. Parallèlement, ils cherchent à identifier des cambrioleurs en série particulièrement cruels. La dernière victime desdits malfaiteurs semble être le Dr. Élodie Lamarre. En effet, non contents de lui avoir dérobé quatre tableaux abstraits d’assez grand prix peints par son défunt mari ainsi qu’une huile néerlandaise héritée de son père, ils ont également tué son perroquet. Cependant, Callemin devine vite que l’affaire est plus complexe qu’il n’y paraît, et s’intéresse alors à la belle praticienne. Quel lourd passé familial dissimule-t-elle, et quel secret compromettant le Dr. Bernard Dubreuil, transi d’amour, a-t-il découvert en l’espionnant ? Jusqu’où sa belle-sœur est-elle prête à aller pour se venger d’une prétendue captation d’héritage ? Quel artiste du Siècle d’Or a peint l’œuvre léguée par son père, Maurits Van der Meer ? La mort de ce dernier était-elle réellement accidentelle ? Et, surtout, quel lien il y a-t-il avec celle de Tristan ?Quels lourds secrets et mystères vont-ils réussir à mettre à jour autour de ces deux enquêtes ? Découvrez-le en vous plongeant les yeux grands ouverts dans ce polar haletant !EXTRAITTout au souvenir d’Océane, il ne s’inquiéta pas du vrombissement d’une voiture qui arrivait très rapidement dans son dos. De toute façon, il était parfaitement visible, en plein jour sur une route dégagée. Il commença à se rabattre sur la droite… et sentit le véhicule heurter violemment l’arrière de son vélo tandis que lui-même, perdant tout contrôle, était arraché à sa selle et projeté en direction du bief. Il vit un frêne venir à sa rencontre et leva les mains pour parer le choc, mais sa tête percuta le tronc avec un bruit qui lui parut incroyablement fort. Il se retrouva allongé au bord de l’eau, le visage dans l’herbe, à demi inconscient et trop faible pour bouger. Il avait atrocement mal au crâne. Un liquide coula sur son front jusqu’à son nez, et il reconnut l’odeur du sang. L’obscurcissement rapide de sa vision le paniqua et il s’en voulut amèrement de ne pas avoir mis son casque. Pour la première fois de sa vie il prenait cruellement, viscéralement conscience que le temps n’avance que dans un seul sens et ne se rembobinerait pas pour lui permettre de réparer cette erreur.À PROPOS DE L'AUTEURVirginie Cailleau vit à Poitiers. Docteur en biologie, elle a jadis connu un bref exil à Paris, dans la communication scientifique, avant de regagner son cher Poitou où elle s’est reconvertie dans la recherche clinique. L’héritage Van der Meer est son second roman publié aux éditions Ex Æquo.