Champion et Ooneemeetoo

Champion et Ooneemeetoo, ce sont deux frères cris nés d’aurores boréales, élevés au rythme des rires et des sabots de caribou martelant le sol de la toundra. Un jour, ils sont envoyés très loin dans le sud dans un pensionnat autochtone, où une tout autre réalité les attend. Heureusement, la Reine blanche veille sur eux. Imprégnés à la fois de la magie et de l’humour de la culture crie, et du potentiel rédempteur de l’art, les frères se fabriqueront, l’un par la musique et le théâtre, l’autre par la danse, une liberté nouvelle.

Véritable œuvre d’équilibriste, le roman dépeint les rêves et les écueils que vivront ces garçons écartelés entre deux univers, et livre un hommage saisissant au pouvoir des récits.

Dans la préface inédite à cette réédition, le romancier Louis Hamelin écrit qu’« on ne peut qu’admirer le caractère terriblement prémonitoire de ce "Champion et Ooneemeetoo" » paru plusieurs années avant les excuses officielles du Parlement canadien pour la création des pensionnats autochtones et l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées.

Publié en anglais en 1998 sous le titre «Kiss of the Fur Queen» puis en français par Prise de parole en 2004, «Champion et Ooneemeetoo» connaît un succès qui ne se dément pas. Servi par une traduction extraordinaire signée Robert Dickson, il s’agit du seul ouvrage traduit de la collection BCF, qui pérennise les classiques de la littérature franco-canadienne.